comalorale

une ortografe alternative du fransai

Archive for the ‘Litérature’ Category

Première rancontre avèque Albertine

leave a comment »

Ecstrai de A l’ombre dé geune fille an fleure

Elstire é moi nous étions alé jusqu’au fon de l’atelié, devan la fenètre qui donai dèrière le jardin sure une étroite avenu de traverse, presque un peti chemin rustique. Nous étion venu la poure respiré l’ère rafréchi de l’aprai-midi avansé. Ge me croyai bien loin dé geune fille de la petite bande, é s’ait an sacrifian poure une foi l’espéranse de lé voire, que j’avai fini pare obéire a la prière de ma gran-mère é alé voire Elstire. Care ou se trouve se qu’on cherche on ne le sai pa, é on fui souvan pandan bien lontan le lieu ou, poure d’autre réson, chacun nous invite. Mai nou ne soupsonon pa que nous y vérion justeman l’ètre oquèle nou panson. Ge regardai vagueman le chemin campagnare qui, ecstérieure a l’atelié, paçai tou prai de lui mai n’apartenai pas a Elstire. Toute a cou y aparu, le suivan a pa rapide, la geune sicliste de la petite bande avèque, sure sé cheveu noire, son polau abécé vère sé grauce jou, sés yeu gai é un peu insistan ; é dan se santié fortuné miraculeuseman rampli de douce promèce, ge la vi sou lés arbre adrécé a Elstire un salu sourian d’ami, arque-an-sièle qui uni poure moi notre monde térestre a dé région que j’avai jugé jusque-la inacsécible. Ele s’aprocha mème poure tandre la min au pintre, san s’arété, é ge vi qu’èle avait un peti grin de boté au manton. « Vou conécé sète geune fille, mecieu ? » di-ge a Elstire, comprenan qu’ile pourai me présanté a èle, l’invité ché lui. É sète atelié pésible avèque son orizon rurale s’étai rampli d’un surcroi délicieu, come ile arive d’une méson ou un anfan se plésai déja é ou ile apran que, an pluce, de pare la générosité qu’on lé bèle chause é lé noble jan a acroitre indéfiniman leure don, se prépare poure lui un magnifique gouté. Elstire me di qu’èle s’apelai Albertine Simonai é me noma oci sés autres ami que ge lui décrivi avèque acé d’exactitude poure qu’ile n’u guère d’ésitacion.

Written by marqueemoon

4 octobre 2011 at 19:29

Publié dans Litérature