comalorale

une ortografe alternative du fransai

Le plu bau péi du monde ?

leave a comment »

Sourse : un rapore du du Conseille Economique, Sociale et Anvironemantale

« Dieu, qui ai juste, done au grenouille de la satisfacsion de leure chan »

Depui le Moyen Age, écrivai Ernst Robert Curtius, « La Franse ai poure sés abitan « la douce Franse », « le bau-péi », « le plu bau royaume sou lé sieu ». Pluce que le sole dés ansètre, s’ait « une fracsion favorisé de la surface du globe, un péi prédestiné pare sa boté, sa douceure é sa fertilité. La Franse a su forgé se mite, s’ai la le secrai de la puiçanse inégalé qu’èle a su exersé sure lés ame a toute lés époque de son istoire, é plus ancore a partire de 1789 ». »

Lé Fransai juge souvan, an éfai, que leure péi ai « le plu bau du monde ». Sète apréciacion se nouri de la diversité de sé péisage é d’image amprunté a la litérature, a la pinture é a la sublimacion du patrimoine térien qui on pénétré dan l’inconsian colectife. La longue tradicion rurale du péi imprègne lés image mantale de façon apstrète, istorique ou alégorique. A l’aune de sés image, la Franse ait un espace pésible, armonieu, équilibré, valoné, avèque sé chan cultivé, dan le lointin lé toiture rouge d’un vilage avèque son cloché.

L’atacheman a la tère, au téroire, sa valorisacion son chanté de longue date. Dé généracion antière d’écolié ont apri pare Joaquime du Bélai que le marbre dé palai ne vau pa l’ardoise qui couvre le toi de la méson bati pare sés ayeu, que le vilage de notre anfanse é la rivière qui le bègne surpace lé vile lé plu prestigiese traversé pare lé fleuve lé plu magestueu é que rien ne vau « la douceure angevine ». Au-dela de sète idéalisacion du téritoire, poétique ou non, ile ai vrai que de solides arguman peuvet ètre avansé pare lé Fransai poure vanté come ile le fon la diversité é la singularité dé site. Bocou de péi ne dispause pa de la mème variété de clima é de péisage sure un téritoire relativeman modeste an taille.

Sète exaltacion de la boté du péi, mais oci du sole natale, selui que l’on cultive, ai peut-ètre une dé réson poure léquèle lé Fransai se son plutau moins ecspatrié que d’autre peuple, a l’ecsepsion dé période troublé de guère sivile come le fure sèle de religion dan la desième moitié du XVIème siècle. Comparé a leure voisin eropéin, iles on peu émigré vère le Nouvau Monde é le peupleman de leure coloni fu parmi lé plu fèble.

A notre époque contamporène, le fète d’ètre le péi qui reçoi le pluce de touriste dan le monde conforte lé Fransai dan sète opinion, de mème que le sucsai de Pari pare rapore a d’autre capitale. Poure sé vacanse é a nivau de revenu équivalan, ile ai moins anclin a voyagé a l’étrangé que lés Anglai, lés Aleman é lé Holandai, signe qu’ile se san bien ché lui é panse pouvoire trouvé dan son propre péi otan ou davantage de réson de s’émervéyé é de prandre du plésire qu’ile an trouverai a l’étrangé

Written by marqueemoon

7 octobre 2011 à 10:05

Publié dans Notice

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :