comalorale

une ortografe alternative du fransai

Lètre patante poure l’établiceman de l’Académi Fransèse

leave a comment »

Sourse Académi Fransèse

Pari, janvié 1635, registré au Parleman le 10 juiyai 1637

LOUI, pare la grace de Dieu, Roi de Franse é de Navare, a touce présan é a venire, SALU. Ocitau que Dieu Nous ut apelé a la conduite de sète Éta, Nous ume poure bute non seuleman de remédié au désordre que lé guère sivile, dont ile a été si lontan afligé, y avait introdui, mais oci de l’anrichire de tou lés orneman convenable a la plus ilustre é la plus ansiène de toute lé monarchi qui soit ojourdui dan le monde. É coique Nous éyon travayé san sèce a l’exécucion de se bon décin, ile Nous a été impocible jusqu’ici d’an voire l’antiér acompliceman. Lé mouveman ecsité si souvan dan la plupare de nau provinse é l’acistanse que Nous avons été obligé de doné a plusieure de naus alié Nous on diverti de toute autre pansé que sèle de la guère, é Nous ont ampéché de jouire du repau que Nou procurion aus autre. Mai come toute naus intansion ont été juste, èles ont u oci dé sucsai ereu. Seu de nau voisin qui était oprécé pare leures ènemi, vive mintenan an açuranse sou notre protecsion ; la tranquilité publique fait oublié a nau sujai toute lé misère pacé, é la confusion a sédé anfin au bon ordre que Nous avon fai revivre parmi eu, an rétabliçan le comerse, an fesan opservé exacteman la dicipline militère dan naus armé, an réglan nau finanse é an réforman le lucse. Chacun sai la pare que notre trai chère é trais amé cousin le Cardinale, duque de Richelieu, a u an toute sé chause, é Nou croirion fère tore a la sufisanse é a la fidélité qu’ile Nous a fai parètre an toute naus afère, depui que Nous l’avon choisi poure notre prinsipale Ministre, si, an se qui Nous reste a fère poure la gloire é poure l’ambéliceman de la Franse, Nou ne suivion sés avi, é ne cométion a sé soin la disposicion é la direcsion dé chause qui s’y trouveron nécécère. S’ai pourcoi, lui éyan fai conètre notre intansion, ile Nous a représanté qu’une dé plu gloriese marque de la félicité d’un Éta étai que lé sianse é lés are y flerice é que lé lètre y fuce an oneure oci bien que lés arme, puisqu’èle son un dé prinsipaus instruman de la vertu , qu’aprais avoire fai tan d’ecsploi mémorable, Nou n’avion plu qu’a ajouté lé chause agréable au nécécère é l’orneman a l’utilité ; é qu’ile jujai que Nous ne pouvion mieu comansé que pare le plu noble de tou lés are, qui ai l’élocanse ; que la langue fransèse, qui jusqu’a présan n’a que trau reçanti la néglijanse de seu qui l’uce pu randre la plu parfète dé moderne, ai plu capable que jamai de le devenire, vu le nombre dé persone qui ont une conéçanse particulière dés avantage qu’èle pocède, é de seu qui s’y peuvet ancore ajouté , que, poure an établire dé règle sertène, ile avait ordoné une açamblé, don lé proposicion l’avai satisfai ; si bien que, poure lés exécuté é poure randre le langage fransai non seuleman élégan, mai capable de traité tou lés are é toute lé sianse, ile ne serai besoin que de continué sé conféranse ; se qui se pourai fère avèque bocou de frui s’ile Nou plésai de lés otorisé, de permètre qu’ile fu fai dé règleman é dé statu poure la police qui doit y ètre gardé, é de gratifié seu dont èle seron composé de quelque témoignage onorable de notre bienvéyanse

Written by marqueemoon

6 octobre 2011 à 07:30

Publié dans Notice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :