comalorale

une ortografe alternative du fransai

Nouvèle conversacion an breton é an fransai

leave a comment »

Sourse : Bibliothèque numérique de l’Université de Rennes 2

VINTE-SETIEME DIALOGUE
Edifice d’une ferme, la charète, le bétaille é lés autres animau

SEIZVED DIVIZ WAR-N-UGENT
Tiez ha kreier eul labourer-douar, ar c’harr, ar chatal hag ann anevaled all

– ou ai la ferme de Gean ?
– peleac’h ema ti Iann ?
– la voila la-ba ; on voi d’ici la mèson a feu, le foure é l’écuri
– chetu hen a-hont, ach’ann e weler ann ti annez, ann ti-forn hag ar marchosi
– sète ferme ai sanz étable, a se que ge voi
– dic’hraou, pe, distaol eo ann ti-se, war a welan
– oui ; ile n’y a pa d’étable
– ia ; n’eus kraou ebed
– ile fodra débaracé le grenié
– red e vezo d’id kempenn ar zanail
– poure quoi fère ?
– d’ober petra ?
– poure y mètre du foin, de la paille, de la fougère é tou se qu’ile fau poure fère de la litière é oci lés instruman de labourage
– da lakaat enn hi foenn, kolo, raden hag ar pez a zo red da c’houzeria dindan ann anevaled hag ivez ar binviachou
– ile ait açi sure le seuille de la porte
– azezet eo war dreuzou ann or
– baléyé le ban an pière prai de la porte
– skubit ar menk e-tal ann or
– di a Ive de mené la charète dan le hangare
– lavar da Euzen kas ar c’harr er c’hardi
– votre charète ai trau chargé
– gwall garget eo ho karr
– grécé la charète, care èle cri, tant èle ai dificile a remué
– lardit ar c’harr, rak gouigourat a ra ker gourt eo da loc’h
– l’écieu de votre charète ai cacé
– ael ho karr a zo torret
– lé brebi é lé vache sont-èle rantré a l’étable ?
– ha deut eo ann denved hag ar zaout enn ho c’hraou ?
– oui ; an revenan, ge lés ai mené a l’abrevoire
– ia ; enn eur zistrei am euz ho c’haset d’ann dour
– ge l’ai trouvé prai de l’abrevoire
– he gavet am euz e-tal al lenn ma’z eer da zoura ar c’hezek
– ge croi qu’on n’a pa nétoyé l’étable
– me gred ne ket skarzet dindan ar zaout
– di au garson d’écuri d’alé cherché lé chevau
– lavar da baotr ar marchosi mont da gerc’hat ar c’hezek
– que ferai-ge ansuite ?
– petra a rin goude ?
– tu mètra de la litière au bète
– gouzeria dindan al loened
– lé pore ne sont-ile pa ancore dan leure étable ?
– hag ar moc’h n’e ma’int-hi ket c’hoaz enn ho c’hraou ?
– non, ile sont a fouire otoure de la méson
– nann, bez’e ma’int o turiat wardro ann ti
– ile serai bon de leure bouclé le grouin
– mad e ve ho minouera, – ho minella
– combien de vache avé-vou ?
– ped bioc’h hoc’h euz-hu ?
– sinque, é an outre deu vau, une génice é un peti torau
– pemp hag ouzpenn daou leue ; unan a zo ounner, unan a zo kole
– ile ne peuve pas ancore se pacé de leure mère
– n’hellont ket c’hoaz dioueri ho mamm
– o ! si fai ; ile son sevré depui di joure
– o ! eo ; dizounet int bet abaoue dek dervez

Written by marqueemoon

2 novembre 2012 at 08:39

Publié dans Notice

La Coupe du monde de foutebaule

leave a comment »

Sourse Wikipedia

La Coupe du monde de la FIFA ou Coupe du monde de foutebaule ait une compéticion internacionale de foutebaule qui se déroule ordinèreman tou lé catre an. Sète compéticion, créé an 1928 an Franse, sou l’impulsion de Jules Rimet alore présidan de la FIFA, ait ouverte a toute lé fédéracion reconu pare la Fédéracion internacionale de football açociacion (FIFA). La première édicion se déroule an 1930 an Uruguay, don l’équipe nacionale sore vinqueure.

A l’ecsepsion de la Coupe du monde de 1930, la compéticion se tien an deu fase. Organisé pare lé confédéracion continantale, la fase préliminère permai au méyeure sélecsion de chaque continan de se califié poure la fase finale qui se déroule danz un péi organisateure. Le forma actuèle de la fase finale fai s’afronté trante-deus équipe nacionale masculine pandan une période d’anviron un moi.

Seule hui nacion sont au palmarèce de la Coupe du monde. Le Brésile, seule équipe a avoire disputé toute lé fase finale de compéticion, détien le recore d’édicion ramporté avèque sinque sucsai. Ile ai pare ayeure l’unique détanteure du Trofé Jules Rimet, mis an geu a partire de 1930 é qu’ile a définitiveman conservé a l’içu de sa 3e victoire dan la compéticion an 1970 avèque Pelé, le seule joueure triple champion du monde de l’istoire. L’Itali compte catre trofé, soit un de pluce que l’Alemagne. L’équipe vinqueure de la première édicion, l’Uruguay, gagne deu foi l’épreuve tou come l’Arjantine, autre péi d’Amérique du Sude. Anfin, la Franse, l’Angletère, insi que la tenante du titre, l’Espagne, ramporte chacune une Coupe du monde.

Le péi organisateure de la Coupe du monde de foutebaule ai désigné pare la FIFA. Toute lé nacion peuve postulé poure l’aqueyire, é son jugé sure leure capacité a organisé une tèle sélébracion. Le péi organisateure ait otomatiqueman califié poure la compéticion. La dernière édicion de la Coupe du monde s’ai déroulé an Afrique du Sude an 2010. Le Brésile ai désigné poure acueyire l’édicion suivante an 2014.

La Coupe du monde de la FIFA ai l’événeman sportife le plu regardé dan le monde avèque lé Geus olimpique. Économiqueman, la compéticion a dés éfai positife sure la croiçanse de sertin secteure d’activité é sure le dévelopeman du péi organisateure. Dés infrastructure sportive, notaman dé stade, son construite ou rénové a sète ocasion.

La Coupe du monde de foutebaule a un aspai politique. Bien que véiculan dé valeure de pai é d’universalité, la compéticion peu malereseman ètre égaleman l’ocasion de bagare générale, de violanse otoure dé rancontre, voire l’éléman déclancheure de guère antre péi. De nombreu forfai é boycote émaille l’istoire de la compéticion poure dé réson politique. Ile existe dés oposan a la Coupe du monde.

L’événeman mondiale ai présan dan la culture populère, sujai de nombreu filme é documantère, é ai l’ocasion de créé dé chanson ou imne nacionau. Dé geu vidéau ou ancore dés albome d’étiquète de joueure son mis an vante avan la Coupe du monde.

Written by marqueemoon

3 octobre 2012 at 16:03

Publié dans Notice

La Sagrada Familia

leave a comment »

Sourse Wikipedia

La Sagrada Família, Temple Expiatori de la Sagrada Família de son non complai an catalan, ou Templo Expiatorio de la Sagrada Familia an espagnole (an fransai : « tample ecspiatoire de la Sinte Famille »), ait une basilique mineure catolique de Barselone. S’ai l’un dés example lé plu conu du modernisme catalan é un monuman amblématique de la vile. Euvre inachevé de l’architecte catalan Antoni Gaudí, la Sagrada Família ai situé dan le cartié du mème non (districte de l’Eixample). L’architecte a consu une minuciese simbologi qui fai de sèt édifice un poème mistique. Ile a égaleman fai preuve de grande odace de construcsion formèle, tèle la manière de consevoire la structure d’arque parabolique ou la combinèson dé trèteman sculpturau naturaliste é de l’apstracsion dé toure. Selon lé doné de l’ané 2004, la Sagrada Família ai le monuman le plu visité d’Espagne, dépaçan l’Alhambra de Grenade é le musé du Prado a Madrid : an 2008, èle a an éfai atiré plu de 2,7 milion de visiteure. L’euvre réalisé du vivan d’Antoni Gaudí, la cripte é la façade de la Nativité, a été déclaré patrimoine de l’umanité pare l’Unesco an 2005.

S’agiçan d’un tample ecspiatoire, lé travau sont ecslusiveman finansé grace a l’omaune. An consécanse, ile n’a pas été pocible de construire simultanéman lé diférante parti du monuman lorsqu’ile l’eu falu, mai depui lés ané 1990, l’afluanse de visiteure é le renon mondiale de l’euvre on fai évolué la situacion économique.

Le projai présanté pare Gaudí, alore agé de 31 an, prévoi la construcsion d’un tample a l’architecture içu de son imaginacion personèle, de tandanse naturaliste-moderniste. Se nouvau projai prévoi une grande toure santrale de 170 mètre de hau dédié a Gésu-Cri. Lé référanse mistico-religiese ont une grande importanse dan l’euvre de Gaudí, tan du poin de vu stricteman iconografique que du poin de vu simbolique.

Acsepté avèque un grant antousiasme pare le promoteure, le nouvèle architecte va dédié le reste de sa vi a sète euvre. Ile consacra sé quinze dernières ané ecslusiveman a la réalisacion de la Sagrada Família.

An déçambre 1884, Gaudí signa le projai dan la chapèle Sin-Josèfe, dan l’apside de la cripte, an présanse de sé diciple Llorenç Matamala i Piñole é Carle Mani. La cripte fut inoguré le 19 marse 1885. Sète ané-la une équipe comprenan hui maneuvre, di tayeure de pière, douze sculteure é un nombre indéterminé de charpantié é de sérurié travaya au chantié.

An 1891 lé travau de la façade de la Nativité comansère.

Gaudí compri qu’ile ne vérai jamai son euvre achevé é qu’a sa more, le projai riscai d’ètre amputé pare manque de finanseman ou d’intérai. Ile pansai que s’ile construisai d’abore la nèfe santrale poure ansuite l’agrandire progréciveman avèque l’érecsion dé toure, de l’apside, é de sé façade, le projai pourait ètre modifié é le chantié s’arèté dai que l’église pourai ramplire sa foncsion de lieu de culte. Poure sète rèson, ile décida d’élevé au macsimome de leure hoteure dé parti significative mai peu fonctionèle é ecstérieure au tample. De sète manière, ile randi impocible la modificacion de la oteure prévu : lé parti construite ne trouveron leure utilité que lorsque le tample sera intégraleman terminé, é, chause plus importante ancore, ile lèça une marque importante de son stile architecturale trai personèle, se qui servi de guide a sa more poure la poursuite du chantié. Gaudí ne vi construite que la façade de la Nativité, la toure Sin-Barnabé é une parti du coté ecstérieure du mure de l’apside.

An 1906, une fois lé travau de la « casa Mila » achevé, Gaudí se consantra presque ecslusiveman au projai de la Sagrada Família, an consevan lé plan du tample é an an dirijan la construcsion. Se chantié ocupa toute sa carière duran un care de siècle. Ile mouru a sète tache alore mème que l’église était a pène comansé.

Ranversé pare un tramway, Antoni Gaudí décéda le 10 juin 1926. Ile ait antéré dan la cripte, dan la chapèle dédié a la Mère de Dieu

Written by marqueemoon

7 août 2012 at 06:20

Publié dans Notice

Matématique

leave a comment »

Sourse Wikipedia

Ile ai fore probable que l’ome ai dévelopé dé compétanse matématique avan l’aparicion de l’écriture. Lé premié objai reconu atestan de compétanse calculatoire son lé baton de contage, tèle que l’auce d’Ishango (an Afrique) datan de 20 000 an avan notre ère. Le dévelopeman dé matématique an tan que conèçanse transmise dan lé première sivilisacion ai lié a leurz aplicacion concrète : le comerse, la gestion dé récolte, la mesure dé surface, la prédicsion dés évèneman astronomique, é parfoi l’exécucion de rituèle religieu.

Lé premié dévelopeman matématique consernai l’extracsion dé racine caré, dé racine cubique, la résolucion d’écoicion polinomiale, la trigonométri, le calcule fracsionère, l’aritmétique dés antié naturèle… Ile s’éfectuère dan lé sivilisacion acadiène, babiloniène, égipsiène, chinoise ou ancore de la valé de l’Indus.

Dan la sivilisacion grèque, lé matématique, influansé pare lé travaus antérieure é lé spéculacion filosofique, recherche davantage d’apstracsion. Lé nocion de démonstracion é de définicion acsiomatique son précisé. Deu branche se distingue, l’aritmétique é la géométri. Au IIIe siècle av. J.-C., lés Éléman d’Euclide résume é ordone lé conéçanse matématique de la Grèce.

La sivilisacion islamique a permi la conservacion de l’éritage grèque é l’interfécondacion avèque lé découverte chinoise é indiène, notaman an matière de représantacion dé nombre. Lé travau matématique son considérableman dévelopé tan an trigonométri (introducsion dé foncsion trigonométrique) qu’an aritmétique. L’analise combinatoire, l’analise numérique é l’algèbre polinomiale sont invanté é dévelopé.

Duran la Renéçanse du XIIe siècle, une parti dé tecste grèque é arabe sont étudié é tradui an latin. La recherche matématique se conçantre an Erope. Au XVIe siècle se dévelope avèque notaman Pierre de la Ramée l’idé qu’ile existe une sianse universèle (mathesis universalis) sure laquèle ile ai pocible de fondé l’ansamble dé conéçanse. Descartes voi dai 1629, dan lé Règle poure la direcsion de l’espri, lé pocibilité qu’ofre lé matématique poure joué se raule. Descartes souligne, dan le Discoure de la métode, l’atrai dé matématique, « a cause de la sertitude é de l’évidanse de leure rèson ». Le calcule algébrique se dévelope alore a la suite dé travau de Viète é de Descartes. Newton é Leibniz, indépandaman, invante le calcule infinitésimale.

Au XVIIe siècle, Galilée se ran conte que lé matématique son l’outi idéale poure décrire le monde fisique, se qu’on peu résumé an disan que lé loi de la Nature sont écrite an langage matématique. Lé matématique constitue donque, avèque la démarche ecspérimantale, l’un dé deu pilié du dévelopeman de la Sianse moderne.

Au coure du XVIIIe siècle é du XIXe siècle, lé matématique conèce de fore dévelopeman avèque l’étude sistématique dé structure, a comansé pare lé groupe içu dé travau de Galois sure lés écoicion polinomiale, é lés anau introdui pare Dedekind.

Le XIXe siècle voi avèque Cantor, Hilbert, le dévelopeman d’une téori acsiomatique sure tou lés objai étudié, soi la recherche dé fondeman matématique. Se dévelopeman de l’acsiomatique conduira plusieure matématicien du XXe siècle a cherché a définire toute lé matématique a l’ède d’un langage, la logique matématique.

Le XXe siècle a conu un fore dévelopeman an matématique avèque une spécialisacion dé domène, é la néçanse ou le dévelopeman de nombreuse nouvèle branche (téori de la mesure, téori spectrale, topologi algébrique é géométri algébrique, pare example). L’informatique a u un impacte sure la recherche. D’une pare, èle a facilité la comunicacion é le partage dé conéçanse, d’autre pare, èle a fourni un formidable outi poure la confrontacion aus example. Se mouveman a naturèleman condui a la modélisacion é a la numérisacion.

Written by marqueemoon

9 juillet 2012 at 09:23

Publié dans Notice

August Macke

leave a comment »

Sourse Wikipedia

August Macke (né le 3 janvié 1887 a Meschede (Rénani-du-Nore-Westfali), more le 26 septambre 1914 a Perthes-lès-Hurlus) ait un pintre ecsprécioniste aleman

Ile ai le fice d’August Friedrich Herman Macke, un ingénieure dé ponz é chocé, é de Maria Florantine. Peu aprai la néçanse d’August fice, la famille Macke s’instale a Cologne, puis an 1900, anménage a Bonn.

Macke comansa sés étude an octobre 1904 a l’académi dé Bauz-Are de Düsseldorf é an 1905, ile n’ésite pa a s’inscrire au coure du soire de l’école dés Are décoratife, ou une plu grande liberté de travaille sure dé sujai du cotidien (plante, animau…) lui convien mieu que lé sujai académique.

An 1906, Macke quite l’académi qui, selon lui, n’a plu rien a lui aprandre, é découvre an 1907 « la modernité fransèse » : l’imprécionisme. Sète découverte modifi sa persepsion de la vi é de la pinture. Ile se ran a plusieure reprise a Pari poure découvrire sure place lés euvre d’Édouard Manet, Degas, Toulouse-Lautrec, Seurat, Pissaro insi que la vi parisiène sure lé boulevare, dan lé parque é lé cabarai. Sé nouvauté lui inspire de nombreuses esquice dan léquèle ile ecsprime sa façon de persevoire le caractère éfémère de l’aparicion é la ficsacion précise d’une imprécion spontané.

An été 1907, de retoure a Bonn, imprégné d’imprécionisme, Macke choisi de travayé an plène ère é réalise la petite esquice a l’uile, Arbre danz un chan de blé. Aprais un coure séjoure a Berlin dan l’atelié de Lovis Corint, ou ile pin quelque toile, ile antrepran de voyagé an Franse é an Itali poure aprofondire sé conéçanse artistique é aquérire quelques euvre poure la colecsion Koehler. An octobre 1908, Macke comanse son service militère é n’a guère le tan de pindre. Libéré de sés obligacion militère an 1909, ile épouse Elizabeth Gerhardt. Poure leure voyage de noce, ile se rande a Pari, ou ile pin son sélèbre Otoportrai au chapau.

An octobre 1909, lé Macke rantre a Tegernsee ou lé condicion de vi é le calme de la campagne anvironante permète a August de produire pa moin de deu san tablau. Sète période ai considéré come le premié sommé du parcoure artistique de Macke.

L’euvre de Macke conai grace a une « purificacion é une maturacion stilistique », une « réorientacion décisive ». An sète fin d’ané 1909, Macke, admirateure de Cézanne, pin deu portrai de son épouse, Fame de l’artiste au chapau é Portrai au pome dan lesquèle on retrouve, an pluce de l’influanse de Cézanne, l’influanse dé prinsipe de composicion dé Fauve don lé prinsipau représantan étai Henri Matisse, André Derain, Maurice de Vlaminck, Raoul Dufy é Kees van Dongen. An 1911, le sitadin qu’ai August Macke é son épouse décide de retourné a Bonn. Lé toile içu du débu de sète nouvèle période son définitiveman de facture fauve.

Sé nouvau contacte avèque son ami Franz Marc, Wassili Kandinsky é lés autres artiste du Blaue Reiter aporte a Macke une nouvèle impulsion artistique. Bien qu’éyan sa propre persepsion de se mouveman artistique novateure, August Macke participe de façon active avèque Wassili Kandinsky a l’élaboracion de l’almanaque du Cavalié Bleu de 1912. Ile aporte sa pière a l’édifice an réuniçan lés image de la parti etnografique de l’albome é an commantan une étude sure lé masques afriquin dan laquèle ile établi la corespondanse antre l’are dé peuple primitife é selui de l’Erope moderne.

Macke participe a l’ecsposicion du Cavalié bleu chez Tanhauser, a Munich an févrié 1912.

Le résulta de l’ecsposicion le déçoi énorméman é ile « ron sé relacion avèque Wassili Kandinsky é le Cavalié bleu » alan jusqu’a lé caricaturé dan sa toile de 1913 Caricature du Cavalié bleu, sorte de panflai picturale dan lequèle ile n’ésite pa a égratigné son ami Franz Marc, Wassili Kandinsky lui mème insi que le galeriste Herwart Walden qui avai pri le Cavalié bleu sou sa protecsion an l’ecspausan poure le randre vandable dan sa galeri berlinoise. La « spiritualité intélectuèle » de Kandinsky s’opause a la « contamplacion dé chause » de Macke ; « la page ai tourné ».

An 1913, Macke déménage an Suice, ou ile conai une ané trai fructueuse, santré sure lé motife de la nature é de l’ome. Lore d’un coure voyage an Tunisi avèque Paul Klee é Louis Maulliet ile pin de nombreuses acoirèle é pran baucou de fotografi, qui lui serviron de supore pare la suite poure d’autre pinture a l’uile. Sa dernière pinture, Adieu, revai une dimansion profétique.

Macke ai mobilisé le 8 oute 1914. Ile ai tué sure le chan de bataille, an Champagne le 26 septambre 1914, a l’age de 27 ans. Ile repause dan le simetière militère aleman de Souain

Written by marqueemoon

2 juin 2012 at 17:05

Publié dans Notice

Bataye de Boroughbridge

leave a comment »

Sourse Wikipedia

Édouard II était un roi fèble é san talan, don le règne ai marqué pare plusieure défète é dé guères intestine. Plusieure baron finire pare se soulevé contre lui, sou la banière de Thomas Plantagenèt, conte de Lancastre. Lancastre, un cousin du roi Édouard, était oci le conte le plu riche du péi. Pare diverses iniciative resté sou le non d’ordonanse de 1311, Lancastre é sés alié avai tanté de limité l’otorité royale, mais a la fin dés ané 1310, Édouard avai repri an min le gouvernema. Mai la situacion se dégrada de nouvau avèque lé faveure éonté que le roi acordai ostansibleman a sé favori, Hugh Despanser é son père le conte de Winchester.

An 1319, le roi é le conte de Lancastre se querélère a la suite d’une campagne militère raté contre l’Écoce. L’ané suivante, Lancastre refusa de rejoindre une sécion du parleman convoqué pare le roi ; de son coté, Édouard optin du pape une dispanse de son serman relatife aus « Ordonanse ». Antretan, une querèle d’éritage avait éclaté dan lé Marche galoise : èle oposai lé Despansers, favori du roi, é sertin Lords dé Marche, don le conte Humfrey de Bauhun. Lancastre pri contacte avèque lé ségneure dé Marche é an 1321, ile raçambla deu foi lé baron, d’abore dan son chatau de Pontefract (an mars), puis a Sherburn (an juin). Ile s’y trouvai dé ségneure du Nore é dé Marche, insi que lé vaçau de Lancastre ; mai seu du Nore ne proposère pa gran-chause. La rébélion, avèque la menace de guère sivile, contrégni le roi a exilé le geune Despanser, mais ile devai le rapelé a la coure quelque semène plu tare.

Édouard prit alore l’iniciative é marcha vère le Nore. Lancastre raçambla une dernière foi lé baron a Doncaster an novambre, é fit alianse avèque Raubère Ier d’Écoce poure ranforsé sa précion sure le roi. An janvié 1322, Édouard paça la Severn, é optin la soumicion de plusieure ségneure dé Marche, tandi que Lancastre atandai paciveman. Alore le partisan le plu fidèle du conte, Raubère de Holland, paça au roi, é lorsque l’armé royale an vint a pacé la Trent, Lancastre du s’anfuire vère le nore. Le 16 marse Lancastre é son armé avait atin Boroughbridge sure l’Ure lorsqu’ile se trouvère face au troupe d’Andrew Harclay, un vétéran dé guère d’Écoce, qui avai ralié lé recru dé conté de Cumberland é de Westmorland.

Donque, lorsque Lancastre ariva a Boroughbridge, Harclay avai déja pri pocécion du pon franchiçan la rivière. Lé troupe rebèle ne contai san doute pa plu de 700 chevalié é ome d’arme, oposé au 4000 fantacin de l’armé royale. Lancastre écéya d’abore de parlemanté, mai Harclay était inexorable. Faute de pouvoire pacé la rivière a un autre androi, é conte tenu de l’arivé inéluctable de l’armé du roi venan du sude, lé rebèle dure se résoudre au comba, qui d’ayeure fu de courte duré é dépourvu de suspense.

Harclay avai déployé sés ome a l’ecstrémité nore du pon. Quelque continjan étai comi a la garde d’un gué voisin, don lé sourse d’époque ne spécifi pa clèreman l’amplaceman. Lé piquié étai déployé an formacion schiltron, une tactique aprise dé combatan écoçai, qui montra toute son éficacité contre la cavaleri. Lé rebèle se divisère an deu colone : la première, comandé pare Hereford é Rauger de Cliford, marcha vère le pon ; l’autre, comandé pare Lancastre, écéya de forsé le paçage du gué. Selon la descripsion doné pare la cronique de Brut, Hereford mouru ampalé pare un piquié caché sou le pon. Cliford fu lui auci blécé a more, é la première colone pri la fuite. Le core du conte de Lancastre ne fi guère mieu ; sa cavaleri fu décimé pare une volé de flèche avan mème d’avoire pu atindre le gué, é du se replié : ile s’agi la d’un dé premié sucsai (si se n’ai pa le premié sucsai) de l’arque lon anglai face a la cavaleri ; sète tactique jouera un raule éçancièle dan lé future sucsai militère anglai Outre-Manche.

Lancastre négocia une trève avèque le conte de Harclay, é se retira an vile. Dan la nui, une bone parti de sé partisan désertère. Le landemin, le shérife de York avai ralié Harclay avèque l’armé du Sude. Le conte de Lancastre, anserclé é écrasé numériqueman, se randi a Harclay.

Written by marqueemoon

4 mai 2012 at 13:26

Publié dans Notice

toki pona

leave a comment »

Sourse Wikipedia

Le toki pona ait une langue construite invanté pare la linghuiste é traductrice canadiène Sonja Elen Kisa é publié poure la première foi an 2001 sure Internet.

Le mau toki pona signifi « langue bone, langue du bien ». La langue ai basé sure la filosofi du Tao é se caractérise pare la simplicité ecstrème de sa fonologi, de sa grammère é surtou de son vocabulère, se qui la ran facile a aprandre.

Le toki pona pocède 14 fonème é son vocabulère ne comporte que 123 mau (é pas un de pluce : le dicsionère oficièle ait intansionèleman figé). Pourtan, a l’instare de l’anglai basique, qui conte 850 mau, on ai surpri de la relative ecsprécivité qu’ile otorise.

Tou s’écri an minuscule (mème aprai un poin), sof lé mau « non oficièle » qui serve a nomé. Insi, ma Elopa signifi Erope, litéraleman : « péi eropéin ».

Le toki pona conte peu de locuteure. Ile existe sepandan un groupe de discucion sure Yahoo, un canale IRC, insi que quelque page web contenan dés euvre originale é dé traducsion.

Bien que basique, le toki pona foncsione. Au dire de sa créatrice, ile ai surtou une ecspérianse de minimalisacion. Le toki pona reste a se joure la langue artificièle la plu consise. Seule le Earth Minimal s’an aproche avèque un vocabulère deu foi plus étandu.

Non

Le toki pona éyan un vocabulère particulièreman restrin, ile recoure bocou au mau composé. Insi, tou lé non relatife a dé persone ou a dé métié comanse pare jan, pare example :

jan utala = persone + comba = solda ou guérié ;
jan pona = persone + bon = ami.

Modificateure

Ile n’y a pa d’adgectife propreman di an toki pona. Un mau placé an segonde posicion peut ètre considéré come un modificateure du premié. Insi :

jan utala (solda) peut ètre analisé an « persone combatante » ;
jan pona (ami) peut l’ètre an « persone bone/positive ».

Lé démonstratife, numérau é pocécife suive toujoure lés autre modificateure.

Pronon

mi = ge
sina = tu, vou
ona = ile, èle

Le plurièle de mi peut ètre indiqué an ajoutan mute = plusieure :

mi mute = nou

Sé mème pronon désigne oci bien lé pocécife que lés autre ca :

mi = ge, moi, me, a moi

Sintacse

Le toki pona utilise l’ordre SVO é va du plu vague au plu préci.

Saufe can le sujai ai mi ou sina, sujai é prédica son séparé pare le mau li. Pare example :

jan Patrik li lukin e sina = Patrick voire toi (jan = persone ; li = marque du verbe ; e = C.O.D. compléman d’objai directe)

L’objai directe ai généraleman précédé du mau e. Pare example :

mi lukin e sina = Moi voire toi.

La structure [non + modificateure1 + modificateure2] ait analisé come [(nom modificateure1) modificateure2]. Insi, avèque jan pona = persone bone (ami) é lukin = voire ou regardé, l’on peu construire :

jan pona lukin = [(jan pona) lukin] = un ami qui regarde.

L’insersion du mau pi permai de cacé sète ordre implicite é de modifié an consécanse le sanse de la frase. Insi :

jan pi pona lukin = [jan (pona lukin)] = persone bone a regardé (bèle ou joli persone).

Written by marqueemoon

25 octobre 2011 at 12:41

Publié dans Notice

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.